moved here

Construire une école «verte» dans les hautes terres du nord de la Thaïlande

31 mai 2015

Peter Pichet Saengthien, SJ (Traduction de Daniel Syauswa, SJ)

La Compagnie de Jésus a publié des documents sur la création des campus «verts». Cette initiative offre une opportunité pour créer le premier campus jésuite «vert» en Thaïlande. Le comité du Projet d’éducation jésuite est en train d’étudier la possibilité de lancer une institution académique pour servir les pauvres, en particulier les communautés indigènes des montagnes du nord de la Thaïlande.

Entrée de la concession de l’école, terre très riche, riz et bananes avec un petit affluent de la rivière Maenam Kok avec les arbres à l’arrière fond. Crédit photo: P Walpole

Entrée de la concession de l’école, terre très riche, riz et bananes avec un petit affluent de la rivière Maenam Kok avec les arbres à l’arrière fond. Crédit photo: P Walpole

L’évêque du diocèse de Chiang Mai, qui couvre les provinces septentrionales de la Thaïlande, a recommandé un terrain de 8,3 hectares (21 acres) que la Compagnie de Jésus a acquis. Il est situé à environ 20 kilomètres du Triangle d’Or, où la Thaïlande rencontre le Myanmar et le Laos et en bordure d’une petite rivière à moins de 10 kilomètres des grands fleuves de Kok et du Mékong.

2015_05_31_P&P_Photo2

Le terrain est plat et bas, mais la plupart des étudiants viendra des régions montagneuses du Chiang Rai et des provinces voisines. La plupart de nos voisins seront les riziculteurs des basses plaines du nord de la Thaïlande (Lanna) et le contexte bouddhiste.

Le terrain de l’école est situé dans le district de Chiang Saen dans le Chiang Rai, l’une des quatre provinces les plus pauvres de la Thaïlande, selon le Rapport sur le développement humain du PNUD 2014. La région partage également les frontières avec Bokeo, l’une des provinces les plus pauvres du Laos et dans le Myanmar, la zone borde une zone où habitent plusieurs communautés autochtones.

La très belle rivière Kok, affluent du Mekong. Crédit photo: P Walpole

La très belle rivière Kok, affluent du Mekong.
Crédit photo: P Walpole

Cette école jésuite de troisième cycle offrira un enseignement en Arts libéraux au collège et admettra environ 30 étudiants chaque année pour les quatre premières années. Initialement, le collège servira de centre d’apprentissage résidentiel et n’accordera pas son propre diplôme. Par contre, les étudiants s’inscriront à l’Université Ouverte de Sukhothai Thammathirat pour leurs diplômes de baccalauréat. Progressivement, ce collège Jésuite deviendra un établissement universitaire autonome pouvant offrir son propre diplôme.

Routes vers la Chine. Crédit photo: P Walpole

Routes vers la Chine. Crédit photo: P Walpole

Nos collaborateurs laïcs nous aident à concevoir cette institution pour devenir un collège résidentiel avec un accent sur la formation intégrale. L’éducation aux Arts libéraux sera donnée conjointement avec des compétences de la vie. Pour être fidèles à notre charisme, nous inclurons la préoccupation environnementale dans les classes aussi bien que dans la vie personnelle.

Même dans ces étapes de conception, les préoccupations environnementales peuvent faire partie de la conception de nos programmes et de l’architecture. Comment former des jeunes gens et jeunes filles pour prendre soins des autres et du reste de la création? Comment pourront-ils apporter une contribution aux communautés où ils étudient et plus tard à leurs propres peuples? Comment les aspects académiques et techniques devront-ils être équilibrés pendant la formation? Comment pourrons-nous utiliser plusieurs moyens pour créer un collège inculturée, simple, efficace et durable plutôt qu’une simple école bon marché à construire et attrayante?

Nouveau Pont vers la Chine. Crédit photo: P Walpole

Nouveau Pont vers la Chine. Crédit photo: P Walpole

Entretemps, les projets d’infrastructure du gouvernement sont en cours dans la région tels qu’une nouvelle autoroute à quatre voies reliant le centre du sous-district au nouveau port fluvial de Chiang Saen. L’autoroute passe également par l’extrémité sud du village et pourrait les relier directement à la capitale de la province de Chiang Rai dans quelques années. Il y a aussi un port ferry qui est envisagé à l’extrémité nord du village. Au cours des mois passés, plusieurs investisseurs ont racheté des champs de riz aux villageois de riz et un nouveau magasin brille déjà et se tient maintenant à côté de l’autoroute.

Il serait peut-être utile si nous écoutions les préoccupations sociales et environnementales des populations sur ces nouveaux projets de développement avant même le début de la construction de l’école, afin que nous puissions être préparés et répondre efficacement.

Peter Pichet Saengthien, SJ. Crédit photo: sjapc.net

Peter Pichet Saengthien, SJ. Crédit photo: sjapc.net

Peter Pichet Saengthien, SJ est un jésuite de la Thaïlande avec une formation scientifique, mais aucune formation particulière en matière d’écologie. Il a été affecté en 2013 pour enseigner au Collège Saengtham et pour travailler avec le comité du Projet d’éducation jésuite. Le Collège Saengtham, parrainé par la Conférence des évêques catholiques de la Thaïlande, forme des séminaristes, des religieux, des futurs catéchistes.

Peter enseigne trois sujets: l’Ethique, dans le département de Philosophie; Perspectives morales sur la vie et la mort, dans le Département de Théologie morale; et la Biologie. Dès le début, son supérieur, qui est aussi le président du département, a suggéré que des éléments d’Ethique de l’environnement soient ajoutés dans chacune de ses classes. En Biologie, cela s’est fait directement parce que l’Ecologie est un chapitre standard dans le cours de biologie pour les nouveaux étudiants et exige qu’on mette l’accent sur la participation humaine. Les syllabus antérieurs des deux autres classes ont été adaptés pour inclure des leçons d’éthique environnementale. Etant donné la chance d’enseigner de nouveau, Peter envisage d’étendre les préoccupations environnementales dans toutes ces trois classes. Pour plus d’informations, Peter peut être contacté à travers son e-mail: ppssj1(at)yahoo.com.

Print Friendly

Ce message est également disponible en: Anglais, Espagnol

Tags: , , , ,

3 Responses to Construire une école «verte» dans les hautes terres du nord de la Thaïlande

  1. Rosemarie Orig on 17 septembre 2016 at 6:50

    Glad to see you here…. hope your project is doing well

  2. quentin on 29 octobre 2015 at 4:52

    Bonjour,
    super projet, nous en profitons pour vous faire part de notre projet au Togo en partenariat avec Gilles Domenech, pédobiologiste.
    voici les différents liens en rapport avec ce projet:
    https://www.facebook.com/avenirecolo/?fref=ts
    http://jardinonssolvivant.fr/un-projet-de-cultures-sur-sol-vivant-au-togo/

    Au plaisir et bonne continuation,

    Quentin Rongere, Président ORAA

  3. Thomas Kilian on 18 juin 2015 at 1:02

    A very interesting Project. I wish you all the best for ist success.keep up the good work and stay blessed, Thomas, Jesuit Mission, Germany

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *