Contribuer à la recherche pour le développement durable en RD Congo

Contribuer à la recherche pour le développement durable en RD Congo

La recherche CERED met l’accent sur l’impact du changement climatique dans la région de Kinshasa. Crédit photo: CERED
La recherche CERED met l’accent sur l’impact du changement climatique dans la région de Kinshasa. Crédit photo: CERED

Le Centre de Recherche et de Communication pour le Développement Durable ou CERED est un centre de recherche interdisciplinaire récemment créé à l’Université Loyola du Congo à Kimwenza dans la ville de Kinshasa, en République démocratique du Congo (RDC).

Le CERED fait partie de la Faculté des Sciences agronomiques et vétérinaires (Ex-ISAV) de l’Université Loyola du Congo, une institution universitaire Jésuite, située à Kimwenza dans la ville de Kinshasa.  Le CERED est un centre de recherche interdisciplinaire avec comme ambition de mener de la recherche scientifique de qualité pour soutenir les enseignements de la faculté.  Ce centre est dédié à la recherche dans le secteur agricole, vétérinaire et celui de développement durable, où la durabilité implique les facteurs anthropologiques (écologiques), sociaux et économiques.  Le programme est à la fois pluridisciplinaire et participative, impliquant diverses parties prenantes: chercheurs, étudiants, techniciens de développement, communautés locales.  La pluridisciplinarité du programme se justifie essentiellement par le fait qu’au lieu de viser uniquement la recherche fondamentale, il se veut à la fois scientifiquement rigoureux et applicable facilement aux vrais problèmes du développement.

Père Ghislain (à gauche) avec les visiteurs de la Fondation Alboan, Juillet ici 2016. Crédit photo: CERED
Père Ghislain (à gauche) avec les visiteurs de la Fondation Alboan, Juillet ici 2016. Crédit photo: CERED

Ghislain Tshikendwa Matadi, SJ, coordinateur du CERED et membre du Réseau mondial de plaidoyer ignatien (GIAN en anglais)-écologie, a partagé ce qui suit: «nos réunions à Loyola et à Stockholm nous ont encouragés à travailler ensemble sur des domaines clés, y compris ceux relatifs aux forêts et à l’eau, et à mon retour à Kinshasa, nous avons travaillé dans la mise sur pied du CERED».

Inauguré le 20 Février 2016, le CERED a un programme de recherche quinquennal (2017-2022) assorti d’une triple mission:

  1. Participer à la création du savoir universel, mais dans le contexte dynamique de l’Afrique, en général et de la RD Congo, en particulier. Les domaines auxquels s’adresse un tel savoir sont ceux qui appellent à l’invention d’une nouvelle société globale, à savoir: les changements climatiques, la gestion durable des ressources naturelles, la place de l’homme dans l’ensemble des écosystèmes faisant partie de son environnement immédiat ou médiat, etc.
  2. Participer à la production du savoir nécessaire pour contribuer à l’élaboration d’un cadre de développement qui soit à la fois durable, autonomisant et contextualisé à l’Afrique, en général et à la RD Congo, en particulier. Ce savoir doit être objectif.  Il doit également s’approprier les diverses conditions écologiques et culturelles congolaises et être susceptible de contribuer au déblayage des obstacles au développement de l’Afrique et de la RD Congo.
  3. Rassembler, encoder et valider ou invalider la pertinence des savoirs anciens africains et voir comment les intégrer dans le processus de développement intégral et durable de l’Afrique et de la RD Congo. Comme on le voit, objectifs sont interdépendants.

Avec le professeur Bila Isia Inogwabini, Directeur scientifique de CERED, le Père Ghislain a rassuré qu’ils sont déjà engagés dans la recherche sur le bassin du fleuve Congo, en général, et au Plateau de Batéké, en particulier où ils ont un incubateur d’agroforesterie.  Le CERED travaille en effet dans l’analyse des effets du changement climatique sur la région de Kinshasa pour fournir des paramètres météorologiques basiques et fiables aux agriculteurs et paysans en vue d’établir en même temps une banque de données pour la surveillance des variations climatiques et des phénomènes météorologiques extrêmes.

One thought on “Contribuer à la recherche pour le développement durable en RD Congo

  1. je suis étudiant chercheur,en master recherche en valorisation alimentaire et gestion durable des ressources animales.
    Je suis entrain de travailler sur la gestion et traitement des effluent de manioc pour l,alimentation de porc charcutier par l’augmentation de la production de manioc au plateau de batéké si vous pouvez me facilité une attestation d’accuille pour effectuer le mémoire.
    cordilement
    Mr Xavier MASSAY IBAY
    Tél:0817598682

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.