Ecojesuit en route vers la COP28 : Engagement pour un plaiyoder Sud-Nord pour la justice climatique

Ecojesuit en route vers la COP28 : Engagement pour un plaiyoder Sud-Nord pour la justice climatique

Les graphiques montrent les moyennes mensuelles de dioxyde de carbone mesurées à l’observatoire atmosphérique de base de Mauna Loa de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) à Hawaï. Les données sur le dioxyde de carbone recueillies à Mauna Loa constituent la plus longue série de mesures directes du CO2 dans l’atmosphère depuis 1958. (NOAA Global Monitoring Laboratory) “Les activités humaines ont augmenté le CO2 atmosphérique de 50 %, ce qui signifie que la quantité de CO2 représente aujourd’hui 150 % de sa valeur en 1750. Cette augmentation d’origine humaine est plus importante que l’augmentation naturelle observée à la fin de la dernière période glaciaire, il y a 20 000 ans.” (Global Climate Change, Vital Signs of the Planet, National Aeronautics and Space Administration [NASA])

La crise climatique ne peut plus être niée.

Ses effets les plus graves sont ressentis dans les pays du Sud, où les précipitations extrêmes provoquent érosion et inondations, tandis que l’élévation du niveau de la mer et le blanchissement des coraux affectent les archipels d’Asie et les petits États insulaires. Les petits producteurs ne sont pas en mesure d’adapter leur agriculture et leur pêche, ce qui aggrave la vulnérabilité des communautés des périphéries en matière d’alimentation et d’eau.

Le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) avertit que « la fenêtre d’opportunité pour garantir un avenir vivable et durable pour tous se referme rapidement ». (Rapport de synthèse du GIEC, résumé à l’intention des décideurs, 2023, p. 24) L’augmentation de la température mondiale, provoquée par les émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine (en septembre 2023, nous sommes à 419 ppm de CO2), (https://climate.nasa.gov/vital-signs/carbon-dioxide/) conduira les températures a dépasser le point de bascule des 1,5°C.

Du 30 novembre au 12 décembre, plus de 140 chefs d’État et 70 000 délégués sont attendus à l’Expo City de Dubaï (Émirats arabes unis) pour la 28e conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (UNFCCC). Il s’agit d’un tournant décisif avec l’achèvement du « bilan mondial » (Global Stocktake) qui évalue de manière exhaustive les avancées des pays signataires dans la mise en œuvre de leurs engagements climatiques. Le rapport de synthèse du bilan mondial récemment publié affirme que le monde fait complètement fausse route dans la poursuite des objectifs de l’Accord de Paris de 2015, les efforts d’atténuation et d’adaptation actuels étant largement sous-financés.

Malgré toutes ses limites, la COP des Nations unies reste un organe mondial important où le Sud global peut mettre le Nord global à son inaction. Le Secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a déclaré que « l’époque du réchauffement climatique s’est achevée ; l’époque de l’ébullition climatique a commencé. Les dirigeants, en particulier ceux des pays du G20 qui sont responsables de 80 % des émissions mondiales, doivent s’engager pour l’action climatique et la justice climatique. »

Dans sa dernière exhortation Laudate Deum, le pape François appelle les participants à la COP28 à être « des stratèges capables de penser au bien commun et à l’avenir de leurs enfants, plutôt qu’aux intérêts circonstanciels terme de certains pays ou entreprises. » (LD 60)

Le Saint-Père, qui participera à la COP28 à Dubaï en décembre, rappelle à tous les croyants notre responsabilité commune de prendre soin de la création. « J’invite chacun à accompagner ce chemin de réconciliation avec le monde qui nous accueille, et à l’embellir de sa contribution, car cet engagement concerne la dignité personnelle et les grandes valeurs. » (LD 69)

Ecojesuit, en tant que réseau ignatien mondial de plaidoyer pour l’écologie, répond à cet appel à par notre mission commune pour la justice sociale et écologique. Nous défendons une espérance forte et une foi accrue comme des formes valables de participation aux espaces de gouvernance mondiale. C’est par la foi qu’est renforcé notre engagement à œuvrer pour une écologique intégral dans les modes de vie tout en nous tenant aux côtés des plus vulnérables.

Nous nous joignons à l’appel de Laudate Deum pour « que la COP28 soit historique, qu’elle nous honore et nous ennoblisse en tant qu’êtres humains » (LD 59) par le biais des mesures suivantes :

  1. S’engager à développer le traité de non-prolifération des énergies fossiles, à considérablement réduire les émissions par une sortie progressive et juste des énergies fossiles et à tenir les principaux pollueurs pour responsables
  2. Transformer les systèmes financiers en établissant des flux financiers équitables à partir du fonds consacré aux pertes et dommages pour les communautés vulnérables au changement climatique
  3. Mettre en œuvre une action climatique dans le domaine de l’agriculture et la sécurité alimentaire (travail conjoint de Charm el-Cheikh sur la mise en œuvre de l’action climatique dans le domaine de l’agriculture et de la sécurité alimentaire ou SJWA) qui défende le rôle de l’agroécologie et des solutions fondées sur la culture pour répondre aux vulnérabilités en matière d’alimentation et d’eau
  4. Fournir 100 milliards de dollars US de financement public et privé de l’action climatique par an pour soutenir le Sud global et combler l’écart avec l’objectif de 4.300 milliards de dollars US d’ici 2030 (OECD ; Climate Policy Initiative, 2022), et
  5. S’engager à corriger les trajectoires actuellement déficientes d’adaptation et d’atténuation afin de maintenir le cap des objectifs de l’Accord de Paris de 2015.

Dans notre mission commune, nous cherchons à mener un plaidoyer cohérent Sud-Nord en faveur de la justice climatique en :

  1. Renforçant la collaboration en matière d’agroécologie (justice en matière d’alimentation et d’eau) en rassemblant les actions menées avec des jeunes, des réseaux ecclésiaux, des groupes de la société civile et des défenseurs de la justice climatique
  2. Promouvant les contributions des populations locales et peuples autochtones en tant que réponses fondées sur la culture face à la crise de la vulnérabilité en matière d’alimentation et d’eau
  3. Encourageant nos institutions et nos partenaires à s’engager dans le processus de la COP aux niveaux local, régional et mondial afin de renforcer un plaidoyer fondé sur la foi
  4. Cultivant les partenariats entre les apostolats sociaux et éducatifs afin d’être en lien plus étroit avec les populations locales et la création et davantage à leur service
  5. Accompagnant nos institutions, en particulier dans les pays du Nord global, pour intensifier leur engagement à plaider pour de meilleures politiques sur la transition juste, le désinvestissement et les changements de mode de vie.

Nous reconnaissons qu’il est urgent de dépasser les cloisonnements. Le défi de notre plaidoyer commun pour la justice climatique consiste à impliquer la société civile, les entreprises et les établissements d’enseignement, de manière à conduire à des interventions au niveau politique dans chacun de nos contextes nationaux. Il est impératif de transformer les systèmes pour qu’ils privilégient l’inclusion et l’équité.

Nous reconnaissons humblement qu’il nous reste un long chemin à parcourir pour parvenir à une véritable conversion écologique, pourtant nos actions et notre engagement communs nous appellent à une collaboration et à un accompagnement plus étroit. Notre foi rend possibles une vision et une espérance d’un monde plus juste, ce dont nous avons grandement besoin.

Ecojesuit en route vers la COP28 : Engagement pour un plaidoyer Sud-Nord pour la justice climatique est la déclaration d’Ecojesuit pour COP28 avec une centaine de signataires de la famille ignatienne et est disponible en anglais, français, et espagnol.

Cet article est également disponible en anglais et en espagnol.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *