La COP26 est une réflexion sur les actions ou l’inaction, l’urgence et le processus de changement transformationnel

La COP26 est une réflexion sur les actions ou l’inaction, l’urgence et le processus de changement transformationnel

Aaron Durnbaugh (traduction par Sch Fala Valery SJ)

La COP26 a-t-elle été un succès ? A-t-elle été un échec ? S’agit-il simplement d’un exercice bureaucratique pendant que le monde brûle et que les cupides profitent ? Je ne prétends pas connaître (ou qu’un observateur puisse connaître) tous les résultats de ce processus, mais je peux dire que ce qui est convenu à la COP est une démonstration importante de la prise de décision mondiale menant à de réels progrès et, malheureusement, est tout à fait insuffisant à l’échelle du défi.

C’est un honneur de participer à la COP26, de rencontrer des champions du climat en personne et virtuellement, et de prendre conscience de la complexité et de l’engagement partagé de ce processus mondial. En tant que seule structure multilatérale et mondiale permettant de maintenir le réchauffement de l’atmosphère dans des limites sûres, le fait de voir 197 pays, des observateurs officiels et d’innombrables parties engagées se réunir pendant une pandémie est une véritable merveille.

Reconnaissant l’omission de nombreuses voix importantes, j’ai observé l’intention inclusive qui a conduit à de fortes contributions des parties autochtones et des jeunes. En effet, dans presque tous les événements, j’ai vu un engagement envers la diversité, les acteurs non étatiques et la société civile qui peut avoir été manqué si vous lisez seulement les rapports des médias ou si vous suivez sur les médias sociaux.

En tant que représentant de l’enseignement supérieur, j’ai apprécié l’inclusion de scientifiques et d’autres experts de contenu, ainsi que de jeunes et d’étudiants, car nous devons ancrer le processus dans les limites de la chimie atmosphérique et de la politique sociale, tout en développant continuellement la prochaine génération de leaders climatiques.

Je me suis rendu dans la zone bleue de la COP26 les 4, 6 et 8 novembre en tant que membre de la coalition America Is All In, un groupe de gouvernements d’États et de collectivités locales, d’entreprises, d’organisations confessionnelles et culturelles et d’institutions basés aux États-Unis.

L’Université Loyola de Chicago s’est engagée à faire en sorte que nos élus, au niveau local (Chicago), de l’État (Illinois) et national (États-Unis), s’orientent résolument vers les objectifs fixés par l’Accord de Paris. L’université elle-même a parcouru 56 % de son chemin vers son objectif de neutralité climatique illustré dans notre plan d’action climatique de 2015, A Just Future.

Quelques semaines avant la COP26, Loyola a annoncé les progrès les plus récents de sa politique d’investissement durable, en se désinvestissant des entreprises de combustibles fossiles et en s’engageant en faveur des énergies vertes et d’autres opportunités d’investissement durable.

Pendant mon séjour à Glasgow, j’ai également assisté à des programmes éducatifs dans la zone du Pavillon, au Débarquement durable de Glasgow et à l’Université de Glasgow. J’ai assisté à la marche et au rassemblement du samedi, où des dizaines de milliers de voix (malgré le froid, le vent et la pluie) ont réclamé plus d’ambition.

Mais pour moi personnellement, en tant que personne travaillant pour le changement chez moi et dans ma communauté, j’ai été surtout encouragé par la participation exceptionnelle des leaders du gouvernement américain. La participation au plus haut niveau du président Biden et des membres de son cabinet, de 18 sénateurs américains, de 25 membres de la Chambre des représentants, d’au moins 7 gouverneurs d’État, ainsi que le leadership fort et les négociations acharnées de l’envoyé pour le climat John Kerry et des membres de l’équipe du département d’État, montrent que le gouvernement américain a mis ses ressources à profit. Dans le même temps, un projet de loi sur les infrastructures et le projet de loi « Build Back Better », fondé sur une limite de 1,5 degré, sont en cours d’examen par le corps législatif afin de passer de l’intention à l’action.

La COP26 n’est ni un succès ni un échec, mais une réflexion sur les actions ou l’inaction, l’urgence et le processus, qui sont nécessaires à un changement transformationnel. C’est un changement que nous devons tous envisager et auquel nous devons participer. Pour réussir à éviter les pires impacts de notre propre main sur le système climatique, tout doit changer vers une société plus juste, durable et équitable, respectant tous les habitants et les limites planétaires de notre propre croissance et de nos économies.

Aaron Durnbaugh est le directeur de la durabilité à l’école de durabilité environnementale de l’université Loyola de Chicago et a rejoint les réunions de la délégation virtuelle et en personne d’Ecojesuit COP26.

Cette histoire est également disponible en anglais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.