moved here

L’engagement actif de Vatican pour promouvoir un dialogue responsable entre la foi et la science pour le développement durable et de l’humanité

31 mai 2015
Le Secrétaire Général de l’ONU, Ban Ki-moon rencontre le Pape Francis au Vatican avec d’autres leaders mondiaux dans des communautés de foi et de science. Crédit photo: L’Osservatore Romano/Reuters

Le Secrétaire Général de l’ONU, Ban Ki-moon rencontre le Pape Francis au Vatican avec d’autres leaders mondiaux dans des communautés de foi et de science. Crédit photo: L’Osservatore Romano/Reuters

José Ignacio Garcia, SJ (Traduction de Daniel Syauswa, SJ)

L’Académie pontificale des Sciences et l’Académie pontificale des sciences sociales sont deux institutions du Vatican qui cherchent à promouvoir un dialogue responsable entre la foi et la science. Ils ne reflètent pas la voix officielle de l’Eglise, mais leurs réunions sont toujours un bon indicateur des préoccupations de l’Église catholique.

Par exemple, les sociétés engagées dans la production d’organismes génétiquement modifiés (OGM) et qui voulaient améliorer l’image publique de ces technologies ont réussi à organiser plusieurs réunions avec ces Académies pontificales. Cela a eu lieu en particulier en 2009 lors de la réunion intitulée «Plantes transgéniques pour la sécurité alimentaire dans le contexte du développement.» Ces événements ont provoqué une réaction publique importante, en particulier à partir de différents groupes ecclésiaux de base qui font face aux impacts négatifs de ces technologies dans leur vie quotidienne, en particulier en ce qui concerne la dépendance pour l’achat des semences, la dépendance pour les pesticides produits précisément par les mêmes sociétés, et la nouvelle résistance aux maladies, qui sont générés.

Nous assistons également à une préoccupation récemment exprimé par les Académies pontificales à chercher un engagement sur les questions liées aux ressources naturelles et la durabilité.

Le 28 avril 2015 dernier, les deux Académies pontificales des sciences, avec le Réseau pour les Solutions de Développent et Religions pour la paix, ont organisé un atelier intitulé Protéger la terre, Dignifier l’humanité: les dimensions morales du changement climatique et de l’Humanité durable.

L’objectif de cet atelier, qui a eu lieu au Vatican, était d’aider à renforcer le consensus mondial sur l’importance du changement climatique dans le contexte du développement durable.

Les intervenants à l’atelier étaient le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, le cardinal Peter Turkson-Président du Conseil pontifical Justice et Paix, le Professeur Jeffrey Sachs-Directeur du Réseau de l’ONU pour les Solutions de Développent et Religions pour la paix et le président équatorien Rafael Correa, parmi les autres chefs religieux et d’autres personnalités de la science et de l’analyse sociale.

L’atelier a produit deux résultats: la Déclaration des chefs religieux, dirigeants politiques, chefs d’entreprise, des scientifiques et les praticiens du développement et du Changement climatique et du bien commun: Énoncé du problème et de dix revendications de solutions transformatrices.

La Déclaration des leaders religieux déclare que «le changement climatique d’origine humaine est une réalité scientifique, et son atténuation décisive est un impératif moral et religieux pour l’humanité.» La Déclaration souligne également les liens entre le changement climatique et la pauvreté, les contributions de la technologie, le besoin de réduire les dépenses militaires en vue de promouvoir la paix et le développement durable. Enfin, la Déclaration exprime un soutien fort à la prochaine conférence sur le climat à Paris, COP21, et les nouveaux objectifs de développement durable proposés par l’ONU.

La Déclaration constitue un appui puissant aux initiatives de l’ONU et montre le soutien et l’engagement des communautés confessionnelles. Anthony Annet, conseillère pour les questions sur le changement climatique et le développement durable à l’Institut de la Terre à l’Université Columbia, a déclaré qu «il était remarquable et inspirant de voir les meilleurs scientifiques et les principaux chefs religieux chanter le même refrain – les religions ont affirmé la science, et les scientifiques ont affirmé la dimension morale du problème.»

Le deuxième document, Le Changement Climatique et le Bien Commun, est une déclaration officielle de deux Académies pontificales des sciences et des sciences sociales. Les membres de ces deux académies scientifiques sont bien connus, et pas nécessairement des chrétiens; ils sont nommés par le pape et sont prêts à contribuer aux discussions sur les questions scientifiques et leurs implications morales.

La déclaration de 10 pages propose un fondement scientifique sur la question du changement climatique et le contexte plus large du développement durable. Le document propose ensuite plusieurs mesures pour l’atténuation de l’impact du changement climatique et au-delà du changement climatique. L’approche adoptée par cette déclaration est de garder ensemble les questions sur le climat et la réduction pauvreté. En ce sens, la lutte contre le changement climatique est une «question morale» qui aborde les inégalités sociales.

Le Cardinal Turkson a appelé à un retournement radical vers l’idée du développement durable, une approche holistique et éthique qui relie la prospérité économique, l’inclusion sociale et la protection du monde naturel. Ceci appelle, à son tour, à un impératif moral qui embrasse tout, «un amour enveloppante qui rayonne vers l’extérieur de soi aux autres, de ceux qui vivent aujourd’hui à ceux qui ne sont pas encore nés». Il appelle à une «conversion complète des cœurs et des esprits, des habitudes et des modes de vie, des structures et des institutions.»

Le changement climatique mondial affecte négativement tous les aspects de notre civilisation et devrait donc être un sujet de grave préoccupation pour toutes les religions du monde. Les paroles du Cardinal Turkson sont toujours soigneusement écoutées, comme il est bien connu que le Conseil pour la justice et la paix qu’il préside est parmi les équipes chargées de rédiger l’encyclique papale sur l’écologie qui sera rendu public en Juin à 2015.

Comme exprimé par le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, dans son allocution d’ouverture, «La science et la religion ne sont pas en désaccord sur le changement climatique. En effet, ils sont pleinement alignés.» Il a partagé que les nouveaux objectifs de développement durable, qui sera adopté en Septembre, offrent une approche holistique qui place les objectifs sociaux et environnementaux en pair avec les objectifs économiques. «Eradiquer l’extrême pauvreté, mettre fin à l’exclusion sociale des faibles et marginalisés, et protéger l’environnement sont des valeurs qui sont pleinement compatibles avec les enseignements des grandes religions.»

Ces propositions sont portées à la conférence internationale qui aura lieu en Septembre 2015 lors de l’Assemblée générale de l’ONU à New York, Etats-Unis qui cherche à adopter un nouveau et universel paquet d’Objectifs de Développement Durable.

Après une rencontre avec le pape Francis, le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a déclaré: «atténuer le changement climatique et s’adapter à ses effets sont nécessaires pour éradiquer l’extrême pauvreté, réduire les inégalités et assurer un développement économique équitable et durable.» Il a également ajouté que «le changement climatique est intrinsèquement lié à la santé publique, la sécurité alimentaire et hydrique, aux migrations, à la paix et la sécurité. C’est une question morale. Il est une question de justice sociale, des droits humains et d’éthique fondamentale.»

L’atelier, avec son thème important et la participation d’experts clés et des dirigeants mondiaux, montre un engagement renouvelé et frais du Vatican aux grands défis du changement climatique et de la durabilité. Avec ce genre de rassemblements, nous ne pouvons que nous sentir motivés pour continuer à prendre soin de notre ministère de la réconciliation avec la création.

Le Pape Francis se place lui-même à l’avant-plan de l’Eglise sur les questions environnementales et ce qui importe maintenant est que, quand il se met en branle, il aura de nombreux chrétiens derrière lui, de nombreuses communautés soutenant son rôle prophétique. C’est cela qui compte vraiment maintenant.

Print Friendly, PDF & Email

Ce message est également disponible en: Anglais, Espagnol

Tags: , , , , , , , , , ,

One Response to L’engagement actif de Vatican pour promouvoir un dialogue responsable entre la foi et la science pour le développement durable et de l’humanité

  1. aurelio on 30 juin 2015 at 4:56

    « La pobreza es peor que la bomba atómica. La fe sin la ciencia está coja… La ciencia sin la fe está ciega. Dios no juega a los dados. Cada vez que la ciencia abre una puerta encontramos a Dios. No temo la bomba atómica. Lo que temo es la explosión del mal en el corazón del ser humano… » (Albert (Einstein) La incidencia de todas las ciencias y las cosmovisiones distintas humanas que tenemos del ser humano y del universo nos ayudan a una vida digna, de calidad y calidez de toda la humanidad… Especialmente de los empobrecidos… El gran problema: hemos antepuesto la dinámica del Capital al dinamismo de un Trabajo Digno, solidario, creativo… para un Vida diga, de todos… Especialmente para los empobrecidos,los Crucificados de nuestro mundo de Hoy… « El amor hay que poner más en las obras que en las palabras… « Ver cómo Dios habita en todos los seres: en los elementos dando ser, en las plantas vegetando, en los animales sensando, en nosotros dando entender… » (San Ignacio de Loyola) ¿Qué conepto tenemos del Ser Humano…? Gracias, Aurelio…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Follow by Email
Facebook