moved here

Paris de la CIDSE, Pour le peuple et pour la planète: Placer la dimension morale du changement climatique au centre

15 novembre 2015

2015_11_15_N&E Photo1Traduction de Daniel Syauswa, SJ

CIDSE, une alliance globale internationale de 17 organisations catholiques de développement travaillant ensemble pour la justice globale, ont produit ensemble un rapport qui expose la vision de la CIDSE pour l’accord sur le climat, qui place la dimension morale du changement climatique au centre (CIDSE est la Coopération Internationale pour le Développement et la Solidarité, une organisation française).

Inspiré par Laudato si’, l’encyclique du pape François sur l’environnement, le rapport de la CIDSE intitulé Paris, pour le Peuple et pour la Planète, a été lancé le mois passé, un mois avant le début des négociations sur le changement climatique, la 21ième Conférence des Parties (COP 21) à Paris, France. Basée sur la vision de l’encyclique papale, la conférence des Nations Unies à Paris devrait aider à relancer un processus visant à parvenir à un changement transformateur et systémique pour lutter contre les causes profondes de la crise sociale et écologique d’aujourd’hui.

Dans son rapport, la CIDSE insiste sur le fait que les gouvernements doivent placer les communautés les plus pauvres et les plus vulnérables au centre du débat, étant donné que c’est sont ces derniers qui souffrent le plus des effets du changement climatique, et étant frappées le plus, elles ont des capacités d’adaptation limitées. Le changement climatique risque de ramener les gens et les communautés dans la pauvreté, annulant des décennies de gains de développement.

La CIDSE milite pour un accord de Paris, qui prévoit la suppression progressive de toutes les émissions de combustibles fossiles et l’évolution vers un avenir d’énergie renouvelable à 100% avec un accès à l’énergie durable pour tous. L’accord devrait veiller à ce qu’un seuil de 1,5°C soit inscrit dans un accord international juridiquement contraignant, fixer un objectif de décarbonisation complète d’ici 2050 et établir des évaluations quinquennaux de promesses pour intensifier les efforts.

Et pour payer la «dette écologique» due aux pays pauvres, les pays riches devraient fournir un financement climatique adéquat, prévisible et opportun aux pays pauvres. Le rapport mentionne le concept de «dette écologique» du pape François selon lequel les inégalités historiques profondes ne peuvent être négligées dans les négociations sur le climat. «L’inégalité affecte non seulement les individus mais des pays entiers; elle nous oblige à envisager une éthique des relations internationales. Une véritable ‘dette écologique’ existe, en particulier entre le Nord et le Sud, reliée à des déséquilibres commerciaux avec des effets sur l’environnement, et l’utilisation disproportionnée des ressources naturelles par certains pays sur de longues périodes de temps.» (LS 51)

D’autres préoccupations sont proposées comme faisant partie des discussions de l’Accord de Paris tels que l’opérationnalisation du concept de droits humains et de ses liens avec la sécurité alimentaire et l’égalité des sexes et la nécessité de fournir de l’électricité à des milliards qui n’y ont pas encore accès. Il y a aussi le désir de remettre en question le modèle actuel de croissance économique et la focalisation exclusive sur les solutions basées sur le marché.

La CIDSE se réfère à l’équité comme étant non seulement dans la façon de partager l’effort (de réduction des émissions et de soutien) entre les pays de façon équitable; il est également question de construire un programme de transformation pour la justice sociale et les droits humains.

Le rapport de la CIDSE appelle également à des mesures pour aborder la surexploitation mondiale des ressources naturelles limitées, qui «exige des limites dans la consommation globale » tout en se référant au pape François en ce sens que «(nous) ne sommes pas confrontés à deux crises distinctes, l’une environnementale et l’autre sociale, mais plutôt à une seule crise sociale complexe qui est à la fois sociale et environnementale. Les stratégies pour trouver une solution exigent une approche intégrée de lutte contre la pauvreté, restaurer la dignité aux exclus, et en même temps la protection de la nature.» (LS 139)

Pour le financement climatique, la CIDSE demande que les pays développés soient fournis un plan et un calendrier sur la façon dont le soutien peut être augmenté aux pays en développement pour répondre à la 100 milliards $US but. Sur le climat et l’agriculture, une référence explicite est nécessaire dans la section de fonctionnement du noyau accord de Paris quant à l’impact du changement climatique sur la sécurité alimentaire. Dans le même temps, il y a aussi la nécessité d’assurer l’action climatique ne pas avoir des impacts négatifs sur la sécurité alimentaire, qu’il existe un soutien et la promotion de l’agroécologie à travers un financement public suffisant, et que les systèmes alimentaires durables et résilients sont développée et maintenue.

2015_11_15_N&E Photo2Cet appel à un changement de paradigme se reflète dans la campagne de la CIDSE, appelée Changement pour la Planète – Soins pour les personnes, et dont le but est de susciter et de permettre un changement radical dans les modes de vie des gens vers une simplicité de vie en réduisant la consommation global d’énergie et de faire des choix alimentaires respectueux de l’environnement.

Paris, pour le Peuple et pour la Planète présente des initiatives à partir de la base comme centrales si l’on veut atteindre la justice climatique. Et selon l’affirmation de la CIDSE, un changement transformateur signifie aller au-delà du status quo, vers une utilisation et une distribution juste, équitable et durable des ressources mondiales par les citoyens du monde. Ceci est également un message clair de l’encyclique papale, à savoir que «nous devons réaliser qu’une véritable approche écologique devient toujours une approche sociale.» (LS 49).

Print Friendly, PDF & Email

Ce message est également disponible en: Anglais, Espagnol

Tags: , , , , , , , , , , , ,

2 Responses to Paris de la CIDSE, Pour le peuple et pour la planète: Placer la dimension morale du changement climatique au centre

  1. aurelio on 27 novembre 2015 at 5:58

    El grito de los pobres es el grito de la tierra (Pacha Mama) ¿Cuál es la causa, la raíz, la fuente de esta terrible Injusticia infernal que vivimos y sentimos a nivel mundial, más los Países del Tercer y Cuarto Mundo…? Escuchemos a mi amigo Albert Einstein: « La pobreza es peor que la bomba atómica… Yo no temo la bomba atómica, lo que temo es la explosión del mal en el corazón del ser humano… » E Ignacio de Loyola: las grandes constantes del ser humano son: Codicia de Riquezas, Vano honor del mundo y crecida Soberbia… ¿Cómo se manifiestan estas tendencias injustas de terribles consecuencias mundiales…? Lo que estamos viviendo… El Poder Económico a nivel mundial: Capitalismo con sus múltiples sustentáculos: Relaciones económicas injustas, mercados injustos, acumulación, acaparamiento de todos los bienes en pocas manos… Es como el Vampiro: chupa la sangre de las víctimas, pero no las mata, les rotro-alimenta para seguir explotándolas… Necesitamos una Revolucón del Espíritu a nivel estructural, social, político, cultural, religioso, educacional…

  2. aurelio on 27 novembre 2015 at 5:38

    EL GRITO DE LOS EMPOBRECIDOS ES EL GRITO DE LA PACHA MAMA, DE LA MADRE TIERRA.. ¿Cuál es la causa, la raíz, la fuente de este terrible desfase, de esta horrible injusticia, de este asesinato colectivo y mundial? Escuchemos a mi amigo Albert Einstein:  » Yo no temo la bomba atómica, lo que temo es la explosión terrible del mal en corazón de ser humano… La pobreza es peor que la bomba atómica… » Porque la pobreza nos asesina lentamente… E Ignacio de Loyola nos dice: que en el corazón del ser humano anida: La codicia de riquezas, acumulación desmedida… El Poder Económico. Capitalismo… Es como el vampiro que chupa la sangre de sus víctimas y las retro-alimenta para seguir chupándolas… No las mata… ¿Cuál es la causa, la raíz, la fuente de la depredación de la madre naturaleza, del extractivismo inmisericorde… El asesinato de los hermanos… La ambición del dinero, terrible caballero es don dinero… la codicia de poseer más y más y más… Las relaciones de producción,los modos de producción, la maldita acumulación de las riquezas de todos están en pocas manos a nivel mundial… Consumo, luego
    existo, tengo, luego soy… El ídolo de la riqueza… Sinceramente: ¿Cuánto necesitamos para vivir dignamente…? ¿Cuántos pares de zapatos tenemos, cuántas camisas. ¿Cuánta agua consumimos? ¿Qué comemos, cómo comemos…? Seamos sinceros.. Lo que nos sobra es de los pobres…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Follow by Email
Facebook